Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:13

Madonna créa Maverick en avril 1992. Son implication dans le management et les firmes de disques était inévitable, vu la quantité d'énergie qu'elle avait mise depuis les années 1990.

Mais Maverick n'était pas la première entreprise de Madonna dans les affaires. Elle avait déjà lancé une ligne de vêtements, Wazoo, Boy Toy Inc., qui s'occupait de sa musique et des royalties de disques, de la production vidéo, des entreprises Sultco et Siren Films, de l'édition musicale Webo Girl, et Music Tours Inc.

 

L'idée d'artistes lançant leur propre marque n'était pas neuve. Après que les Beatles eurent lancé Apple, leur marque propre de "Western Communisme", en 1968, tous les artistes majeurs semblaient à un moment ou un autre vouloir leur propre label.

 

Mais pour Madonna, il est clair que Maverick - un partenariat 60/40 en sa faveur avec la Warner Music Group - ne serait pas simplement un label de vanité. Elle voulait une politique A&R agressive afin de servir de tremplin aux meilleurs talents internationaux.

Maverick a été crée en 1992 avec des départements musique, cinéma,télévision, édition et le plus lucratif pour Madonna, le merchandising. La société prit le nom d'un rancher texan du XIXe siècle, Samuel A.Maverick. Cela signifiait qu'elle allait faire les choses à sa façon.

 

"Je veux une vrai maison de disques avec de vrais artistes", dit-elle à l'époque. "Je ne veux pas être Prince et que tous le monde soit mon clone. Ce n'est pas avoir un label, c'est d'avoir un harem. Ils ne fonctionnent que pour autant que lui s'intéresse à eux. Je veux des artistes qui existent par eux-mêmes et qui ont un point de vue".

 

Selon le New York Times, "bien que la direction de Time Warner n'est pas confirmé les chiffres qui ont été largement diffusés, le contrat d'enregistrement renégocié par Madonna prévoyait pour la chanteuse une avance de 5 millions de dollars pour chacun de ses sept prochains albums et un taux de droit d'auteur de 20%". Cela mis Madonna sur un pied d'égalité avec Michael Jackson , dont le contrat d'enregistrement était le plus élevé de l'industrie musicale.

Son intention était clair. "Mon objectif, bien sûr, est d'avoir des tubes avec la nouvelle société. Je ne suis pas un de ces artistes stupides qui demande à un label de l'enfermer. Je veux une compagnies de disques. Donc, je ne vais pas être invisible ou tout simplement ne faire que téléphoner. Il n'y a aucun honneur ou satisfaction à refiler le travail à quelqu'un d'autre".

Madonna veut travailler avec les artistes, écrivains et photographes et "les intégrer dans ma petite fabrique d'idées". Elle fit appel aussi à des responsables d'entreprise qu'elle connaissait et en qui elle avait confiance. Freddy DeMann, qui s'était révélé un gestionnaire très utile, devint le président de la nouvelle société; l'investisseur industriel Ronnie Dashev l'aida à recueillir les fonds; le prodige Guy Oseary prit la tête de la division A&R. Seymour Stein a également joué un rôle important dans l'A&R au début car tous les disques produits le seraient en coopération entre Sire Records et sa société mère, Warner Bros.

 

Le monde des affaires et des médias fut impressionnés par l'accord - comment aurait-il pu en être autrement? "Les nouvelles selon lesquelles Madonna viendrait de signer un contrat faisant d'elle l'interprète la mieux payé de l'histoire de l'industrie pop ne font que confirmer ce qu'on savait déjà : qu'elle "est maintenant la plus grande star de la planète", annonça le London Times. "Les jours ou l'on pouvait mentionner Michael Jackson ou Prince sont loin".

Madonna travailla dur pour s'assurer que l'entreprise garde un visage humain. Elle s'est impliquée à un certain niveau dans tous les aspects de l'entreprise. Le premier risque majeur pris par le label a été l'offensive sur deux fronts avec "EROTICA", premier album studio de Madonna depuis "Like A Prayer" en 1989, et "SEX" sa première incursion dans l'édition de livres. Elle a assuré à Maverick sa stabilité financière. Mais la présence d'autres chanteurs confirma que ce n'était pas seulement un projet destiné à flatter la vanité de son PDG multimillionnaire.

 

La base artistique et le commercial sont assurés dès le début. Le label signa "Candlebox", un groupe de Seattle, dont le premier album se vendit à quatre millions exemplaires rien qu'aux Etats-Unis; il compte également sur Meshell Ndegeocello, dont le titre "Plantation Lullabies" fut nommé pour plusieurs Grammy et passe pour l'acte de naissance de la néo-soul. Mais ce fut la signature par Guy Oseary d'Alanis Morissette qui solidifia vraiment Maverick comme entreprise multimillionnaire crédible.

Adolescente, Morissette avait été une star dans son Canada natal  avec deux albums, mais, de plus en plus fustrée, elle s'était installé aux Etats-Unis  à l recherche d'un nouveau contrat.

Après avoir rencontré Glen Ballard, elle se mit à travailler dur sur un album qui aller changer les cours de la musique pop dans les années 1990 et inspirer une nouvelle vague d'interprètes féminines, tout comme Madonna l'avait fait dans la précédente décennie.

Quand Morisette signa chez Maverick en 1995, le label fit des prévisions de vente d'environ 250000 exemplaires pour son album "Jagged Little Pill", mais son style conquit un large public : l'album se vendit à plus de 16 millions d'exemplaires rien qu'aux Etats-Unis, et plus de 33 millions dans le monde.

Madonna était ravie. "Elle me rapelle quand j'ai commencé: un peu maladroite, mais très maître d'elle-même", dit-elle. "Tout est possible, et le ciel n'a pas de limite".

 

Aucun album de Madonna n'avait vendu si peu d'exemplaires depuis "Like A Virgin"; en fait, les deux premiers albums Maverick de Madonna, "EROTICA" et " BEDTIME STORIES", se vendirent seulement à environ six millions d'exemplaires au total aux Etats-Unis.

 

177910 1 fmadonna-bedtime_stories-frontal1.jpg

 

Même si Morissette ne sera jamais aussi populaire, son travail d'ambassadeur de Maverick a été un signal pour la communauté artistique. Il y avait une organisation qui n'était pas simplement un passe-temps pour Madonna. Maverick a échoué dans sa tentative de gagner des groupes  tels que "Hole" et "Rage Against The Machine", mais il fit signer "Prodigy", le plus cool de la planète à l'époque. Le groupe était impressionné par Oseary et Freddy DeMann et aussi par le fait que Madonna soit leur nouveau patron. "ERASURE", "WILLIAM ORBIT", "Michelle Branch", et "MUSE" les rejoignirent.

La branche cinématographique de la société est moins cotée. La Maverick Picture Company a sorti "Dangerous Game" et "Canadian Bacon" qui ne firent aucune prouesse au box-office.

Devenue en 2001, "Maverick Films";  connut des succès avec "Agent Cody Banks" et le film de Madonna "I'M GOING TO TELL YOU A SECRET".

En 1998, Freddy DeMann quitta le label, remplacé par Guy Oseary au poste de PDG. Le label s'était fait une réputation des BO de Films, dont "The Wedding Singer", "MATRIX" et la série des "AUSTIN POWERS". Quentin Tarantino avait son propre label au sein de l'organisation, "A Band Apart", qui accueillit la BO de "Jackie Brown" et des "Kill Bill".

La participation de Madonna à Maverick pris fin en 2004, après qu'elle eut déposé une plainte contre Warner Music, affirmant que celle-ci avait mal géré les ressources de Maverick.

De son côté, Warners a allégué que la crise de liquidités était la faute de Macerick. L'affaire fut résolue par l'acquisition des actions de Madonna par la Warner et son éviction de son propre label.

"Ce fut un moyen efficace de régler la poursuite" dit à l'époque l'avocat de Maverick, Bert Fields. "C'est propre et équitable, et ça n'a rien avoir avec son propre contrat d'enregistrement".

Oseary, demeuré un ami fidèle de Madonna, resta à la tête de l'entreprise.

Bien que Maverick soit encore une filiale de Warner Bros, elle cessa d'exister en 2006.

Après le départ de Madonna, la branche cinématograpique devint "Imprint", et Madonna conserva sa propre société de production, Semtex. Pour Madonna, ce qui importe, c'est que Maverick n'ait pas été qu'un feu de paille et qu'elle ait été en mesure de se maintenir un niveau de qualité pendant les 12 ans qu'elle avait passé à sa tête.    

Partager cet article

Repost 0
Published by Madonna Gettogether - dans Tranches de vie ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Madonna Gettogether
  • Madonna Gettogether
  • : Blog dédié à la chanteuse Madonna. Chronologie de toute sa carrière. Pochettes des singles et des albums. "Analyse"de ses tubes et "biographie". Toutes ses vidéos; clips, performances Live, concerts, interviews. Photos. News,actualités.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

Liens